L'agenda du CHU d'Amiens

  • 27 Nov 2020

    Dépistage Macula DMLA

    > Ouvert à tous

    Dépistage Macula DMLA
    Le dépistage c’est simple, rapide, indolore et ça peut sauver votre vue !

    Dans le cadre des journées nationales de la Macula, le service d’ophtalmologie du CHU Amiens-Picardie propose aux patients présentant des symptômes pouvant évoquer une atteinte maculaire (baisse d’acuité visuelle, apparition d’une tache centrale, lignes déformées…) :

    Dépistage sur RDV (15 min)
    Les 23, 24, 25 et 27 novembre 2020
    Consultations d’ophtalmologie (RDC du bâtiment principal du Site Sud – passer par l’enregistrement administratif du Hall 1 avant)
    CHU Amiens-Picardie

    JE PRENDS RDV
    03 22 08 92 00

     

    Dans le cadre de la crise sanitaire, les patients atteints d’une maculopathie chronique sont incités à maintenir leurs rendez-vous de suivi et à poursuivre leurs traitements.

  • 01 Déc 2020

    Covid & nutrition

    > En ligne

    Mardis Santé d’Amiens

    Covid & nutrition

    Mardi 1er décembre 2020
    à 18h
    en ligne sur  www.amiens.fr




     

    JE ME CONNECTE
    sur amiens.fr

    Lors de cette conférence, Jean-Daniel LALAU, professeur de nutrition, chef du service d’endocrinologie-diabétologie-nutrition et responsable du pôle de prévention et d’éducation du patient du CHU Amiens-Picardie, vous donnera toutes les clés pour mieux comprendre ce qui se joue et les attitudes à tenir.

    Covid & nutrition : une telle formulation peut faire s’interroger, dans la mesure où le rapport entre la maladie infectieuse et la nutrition n’est pas nécessairement évident. Il y a pourtant bien une relation et même une interrelation entre Covid et nutrition. En effet, l’état nutritionnel est un déterminant important des défenses l’organisme contre l’infection, de sorte que le déséquilibre nutritionnel augmente le risque d’infection. L’infection, pour sa part, altère l’état nutritionnel: elle peut réduire l’apport alimentaire et ce, alors même que les besoins s’accroissent pour lutter contre les conséquences de l’infection. Le déséquilibre énergétique qui en résulte accroît à son tour le risque de complication de l’infection, dont celui d’une infection secondaire (c’est la « surinfection »). Dans l’exemple de la grippe, ce n’est pas la maladie virale, en tant que telle, qui est dangereuse; c’est l’infection pulmonaire bactérienne qui peut lui faire suite, sur un terrain fragilisé.

    On comprendra ainsi pourquoi les maladies de la nutrition (l’obésité, le diabète et aussi le déséquilibre nutritionnel en tant que tel) paient un si lourd tribut aux infections et pourquoi, réciproquement, l’équilibre nutritionnel et, le cas échéant, le rééquilibrage peuvent jouer un rôle préventif et thérapeutique de tout premier plan.

    Il convient donc de rappeler les préceptes de l’équilibre nutritionnel, en mettant l’accent sur l’apport énergétique (avec les féculents, mais aussi les lipides), l’apport de protéines (le capital en protéines de l’organisme régit les défenses non spécifiques et spécifiques contre l’infection) et l’apport aussi de certains nutriments (notamment le fer, le magnésium, le zinc et des vitamines).