Nature du travail

Le repérage de la pathologie

Le masseur-kinésithérapeute intervient souvent à la suite d’une entorse, d’une scoliose, de difficultés respiratoires… D’abord, il étudie le dossier médical (radiographies, ordonnances du médecin référent…) du patient et pratique un examen clinique pour définir les méthodes et les moyens à mettre en oeuvre.

Des techniques variées

Le Masseur-Kinésithérapeute fait ensuite appel à de nombreuses techniques :

– massages,
– mobilisation des articulations,
– mouvements de gymnastique à l’aide d’appareils, de poids…

Il peut aussi utiliser l’eau (les séances se déroulent alors dans une piscine), la chaleur ou les ultrasons etc….

Il intervient dans tous les domaines médicaux entraînant des déficiences, incapacités et handicaps.

La remise en forme, relaxation…

Sur prescription médicale, le Masseur-Kinésithérapeute peut réaliser des bilans de capacité. Il intervient parfois, sans prescription médicale, dans le domaine sportif (remise en forme, relaxation, massage…) ou esthétique (exercices de relaxation pour le visage par exemple).

 

Conditions de travail

Un exercice principalement libéral

La majorité des Masseurs-Kinésithérapeutes exerce à titre libéral, en cabinet.

Leur emploi du temps s’adapte aux disponibilités de leurs patients. Les horaires sont donc souvent décalés : tard le soir, tôt le matin avant les heures de bureau…

L’adaptation au patient

Du nourrisson au sportif de haut niveau en passant par l’employé fatigué ou la personne âgée… les patients sont très différents. Au professionnel de tenir compte de leur état physique et de leur calendrier. Il peut aussi leur donner des conseils d’hygiène et de maintien.

Un travail d’équipe

Lorsqu’il est salarié, ce professionnel travaille parfois à la vacation, dans un ou plusieurs établissements (hôpitaux publics et privés, centres de thalassothérapie, de remise en forme…). Ce métier s’exerce en étroite collaboration avec les médecins, le personnel soignant et d’autres professionnels de la rééducation, comme les ergothérapeutes.

 

Vie professionnelle

Débouchés

Le masseur-kinésithérapeute fait partie des nombreuses professions paramédicales qui manquent de personnels. En effet, le vieillissement de la population accroît le nombre de patients et les départs à la retraite des professionnels s’intensifient. Pour ces deux raisons, le métier devrait connaître un bel essor dans les années à venir, tant en libéral que salarié.

Les débouchés varient d’une région à l’autre. Pour s’installer en libéral, mieux vaut éviter l’Île-de-France et le Sud, déjà saturées, et choisir une zone rurale, le Nord ou l’Est de la France par exemple.

Avant d’investir dans l’achat ou la reprise d’un cabinet, un masseur-kinésithérapeute débute souvent par des contrats précaires, des vacations (parfois saisonnières) dans les établissements de soins. Les remplacements en cabinet sont également nombreux. Ensuite, il  s’associe souvent à des confrères ou à d’autres professionnels paramédicaux pour partager les frais d’installation.

Rémunération

Salaire en début de carrière
De 1400 à 2700 euros brut par mois.

Compétences

Bonne résistance physique

Une bonne santé physique est requise pour manipuler les patients, répéter les exercices et réaliser les massages… tout en restant debout une bonne partie de la journée.
Écoute et patience

L’écoute et la patience sont également indispensables pour travailler efficacement avec des personnes parfois lourdement handicapées, des enfants…

Le masseur-kinésithérapeute doit donner confiance au patient, l’encourager à persévérer, le rassurer et le soutenir en cas de démotivation.

Bon mental

Un bon équilibre personnel se révèle par ailleurs nécessaire pour travailler avec des personnes en souffrance (accidentés de la route par exemple). Le masseur-kinésithérapeute doit savoir transmettre son dynamisme et son enthousiasme.