Cancer de la thyroïde

Prise en charge des cancers de la thyroïde

CHU Amiens-Picardie

La glande thyroïde est un organe situé à la base du cou, dont la fonction est la production d’hormones. Des nodules se développent fréquemment au sein de la thyroïde notamment avec l’âge,. Dans 90% cas, les nodules thyroïdiens sont bénins mais dans certains cas, il peut s’agir de cancer.
Il existe plusieurs types de cancers thyroïdiens :
• les cancers papillaires (les plus fréquents, 70%),
• les cancers vésiculaires (20%)
• et les cancers anaplasiques (ou indifférenciés) qui sont plus rares.
• Les cancers médullaires sont une forme à part et peuvent être familiaux.

Prise en charge des cancers de la thyroïde : l’équipe médicale qui vous accompagne

Au CHU Amiens-Picardie, la prise en charge des cancers de la thyroïde est assurée par une équipe pluridisciplinaire comprenant :
– des endocrinologues,
– des chirurgiens spécialistes en chirurgie cervico-faciale,
– des médecins spécialistes en médecine nucléaire.

L’équipe d’Endocrinologie

Professeur Rachel DESAILLOUD, Professeur des Universités. Praticien Hospitalier
Docteur Salha FENDRI, Praticien Hospitalier
Docteur Agnès VAIDIE, Praticien Hospitalier
Docteur Marie SARAVAL, Praticien Hospitalier

Consultation d’Endocrinologie (du lundi au vendredi 8H – 17H)
Téléphone : 03 22 45 59 00
Télécopie : 03 22 45 53 34
endocrinologie@chu-amiens.fr

 

L’équipe d’ORL et chirurgie cervico-faciale

Professeur Vladimir STRUNSKI, Professeur des Universités. Praticien Hospitalier
Docteur Cyril PAGE, Maître de Conférences des Universités. Praticien Hospitalier
Docteur Aurélie BIET-HORNSTEIN, Praticien Hospitalier

Consultation d’ORL et chirurgie cervico-faciale (du lundi au vendredi 8h – 17h)
Téléphone : 03 22 08 89 60
Télécopie : 03 22 66 86 23
ORL.Secretariat@chu-amiens.fr

 

L’équipe de médecine nucléaire

Professeur Marc-Etienne MEYER, Professeur des Universités. Praticien Hospitalier
Docteur Isabelle EL ESPER, Maître de Conférences des Universités. Praticien Hospitalier
Docteur Véronique MOULLART, Praticien Hospitalier
Docteur Julie MORVAN, Praticien Hospitalier
Docteur Lazhar SAIDI, Praticien Hospitalier

Service de médecine nucléaire (du lundi au vendredi de 8h à 17h) :
Téléphone : 03 22 45 59 64
Télécopie : 03 22 45 57 93
Medecine-Nucleaire.Secretariat@chu-amiens.fr​

Pour chaque patient, les propositions de traitement se font après discussion en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP), qui a lieu chaque 3ème mardi du mois à 17h, dans le service d’Endocrinologie.


 

Cancers de la thyroïde : description de la prise en charge au CHU Amiens-Picardie

La consultation d’endocrinologie

Lors de la découverte de nodules thyroïdiens, un bilan hormonal est réalisé afin de vérifier la fonction de la thyroïde ; certains nodules peuvent être le signe de thyroïdites avec hypothyroïdie, d’autres peuvent être hypersécrétants et être responsables d’une hyperthyroïdie.

L’endocrinologue doit analyser les résultats de l’échographie thyroïdienne et décider si une cytoponction est nécessaire afin de dépister les cancers thyroïdiens. En cas de suspicion de cancer, le dosage de calcitonine permet de dépister les cancers médullaires.
Pour les cancers papillaires et vésiculaires, la cytoponction permet d’aider à décider si un nodule est à opérer ou non. Seule la chirurgie permettra de dire formellement s’il y a cancer.

Un contrôle du calcium est aussi réalisé en préopératoire afin de vérifier la bonne fonction de petites glandes situées derrière la thyroïde et appelées parathyroïdes.

Les modalités de traitement hormonal en cas de décision de chirurgie sont expliquées.

La chirurgie 

Quel que soit le type de cancer thyroïdien, la prise en charge chirurgicale en cas de cancer de la thyroïde consiste en une thyroïdectomie totale (ablation complète de la glande thyroïde) associée généralement à une ablation des ganglions lymphatiques de drainage, appelée curage ganglionnaire. Selon les cas et le type de cancer, le curage emportera les ganglions situés immédiatement sous la thyroïde, le long de la trachée (c’est le curage central ou médiastino-récurrentiel) et parfois les ganglions situés sur le côté du cou (c’est le curage latéral ou jugulo-carotidien).Des explications détaillées sur l’intervention sont fournies par le chirurgien lors de la consultation pré-opératoire.Les complications possibles, le plus souvent transitoires, de la thyroidectomie sont :
– une atteinte des nerfs récurrents qui peut donner une faiblesse de la voix;
– une atteinte des glandes parathyroïdes qui régulent le taux de calcium et qui se manifeste alors par une baisse du calcium sanguin reponsables de fourmillements ou de crampes.

L’IRA-thérapie 

dans certains cas de cancer papillaire et vésiculaire, la chirurgie est suivie d’un traitement par iode radioactif (IRA-thérapie) destiné à éliminer les cellules cancéreuses restantes mais aussi les cellules thyroïdiennes normales restantes, ce qui facilitera le suivi. Ce traitement consiste à prendre par voie orale une unique gélule d’iode radioactif au cours d’une hospitalisation de 2 ou 3 jours. Ce traitement ne concerne pas les cancers médullaires.

Il est indolore et ne présente aucun effet secondaire. L’hospitalisation n’est nécessaire que pour éviter l’irradiation de l’entourage. Elle est précédée d’une consultation au cours de laquelle un médecin nucléaire et un manipulateur en électroradiologie expliquent les modalités pratiques du traitement.

Le traitement de substitution par hormones thyroïdiennes et le suivi

Un traitement à vie par hormones thyroïdiennes (L-thyroxine dont il existe plusieurs spécialités, la plus connue étant le Levothyrox®) est nécessaire lorsque la thyroïde a été enlevée. La dose est déterminée en fonction du poids et du sexe mais elle reste très variable en fonction des individus; elle est donc ensuite adaptée grâce au dosage de la TSH, une hormone régulatrice qui permet de dire si la dose est correcte. Selon les résultats du traitement par l’iode radioactif pour les patient le nécessitant , la dose d’hormones pourra être plus importante quand la guérison n’est pas obtenue.

Le suivi consiste à revoir l’endocrinologue dans les 2 mois qui suivent la chirurgie puis, 6 mois plus tard puis annuellement. Le suivi peut être plus rapproché selon les cas.