Notre actualité

  • Didier RENAUT, nouveau Directeur Général du CHU Amiens-Picardie

    Didier RENAUT, nouveau Directeur Général du CHU Amiens-Picardie en Direction commune avec le CH de Doullens, le CHI Montdidier-Roye et l’EHPAD Saint-Nicolas de Domart-en-Ponthieu.

    Didier Renaut, nouveau Directeur Général du CHU Amiens-Picardie, a pris ses fonctions le 6 septembre 2023, à la suite de sa nomination par décret du Président de la République publié au Journal Officiel du 21 août 2023.

    Didier Renaut présidera également à ce titre le Comité Stratégique du Groupement Hospitalier de Territoire Somme Littoral Sud (GHT SLS) dont le CHU Amiens-Picardie est l’établissement support. Didier RENAUT est également Directeur Général du CH de Doullens, du CHI Montdidier-Roye et de l’EHPAD Saint-Nicolas de Domart-en-Ponthieu dans le cadre d’une Direction commune.

    Attaché aux valeurs du service public hospitalier, Didier Renaut ambitionne, avec l’équipe de direction et la Gouvernance, de prolonger et amplifier chaque fois que possible la dynamique de projets, pour développer les activités et les coopérations, en articulation aussi avec les professionnels de ville et les acteurs médico-sociaux, afin de toujours mieux répondre aux besoins de la population. Il souhaite aussi œuvrer au renforcement de l’attractivité et de la fidélisation des professionnels hospitaliers, dans la diversité des métiers, en soutenant les actions en faveur de la qualité de vie au travail et en préservant la fluidité du dialogue social. Il s’agira aussi de promouvoir le rôle moteur du CHU en matière de recherche, d’enseignement, d’innovation et de développement durable en étant attentif à la performance d’ensemble, à l’agilité des organisations, à la consolidation de la trajectoire financière avec le soutien précieux du Ministère et de l’ARS.

    Il aura également une attention particulière à l’identité, aux spécificités, à la place de chaque établissement de la direction commune et du GHT Somme Littoral Sud, en soulignant que la confiance, le dialogue et l’enthousiasme sont la clé des grandes réussites collectives et permettront de faire face avec succès aux enjeux qui se présentent au territoire.

    Diplômé de Sciences Po Grenoble et de l’École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP), Chevalier de la Légion d’Honneur, Didier Renaut dirigeait précédemment, et depuis septembre 2018, le CH Alpes Léman situé en Haute-Savoie ainsi que les hôpitaux départementaux Dufresne-Sommelier et Reignier.

  • Devenez donneur volontaire de moelle osseuse !

    A l’occasion de la journée mondiale pour le don de moelle osseuse qui se déroule le vendredi 15 septembre 2023, il est important de rappeler que la greffe de moelle osseuse est la seule alternative pour guérir certaines maladies graves du sang. Elle est aussi et surtout le meilleur traitement en complément ou à la place d’une chimiothérapie.

    Le CHU Amiens-Picardie est centre de donneurs volontaires de moelle osseuse depuis le 1er janvier 2022. L’établissement a déployé une organisation dédiée pour répondre aux questions des personnes souhaitant entrer dans cette démarche de don de moelle osseuse. Elles seront accompagnées, inscrites sur le registre pour un jour sûrement être sollicitées pour un prélèvement et sauver une vie !

    Pour s’inscrire sur le registre national, il faut :
    👉avoir entre 18 et 35 ans (les profils d’hommes sont les plus recherchés)
    👉être en bonne santé
    👉répondre au questionnaire de santé

    JE DONNE MA MOELLE OSSEUSE
    Pré-inscription en ligne

     

  • Première intervention chirurgicale robotisée en chirurgie thoracique

    Le 19 juin 2023 a eu lieu la première intervention chirurgicale robotisée au sein du service de chirurgie thoracique du CHU Amiens-Picardie.

    Les équipes de chirurgie thoracique, le Docteur De Domincis, cheffe de service en chirurgie thoracique ainsi que les équipes des blocs opératoires ont utilisé le robot pour la première fois dans le cadre de la chirurgie d’un kyste para œsophagien sur un patient de 40 ans.Le kyste para-œsophagien est une malformation congénitale très rare située au niveau de l’œsophage. Une exérèse a été pratiquée afin d’enlever ce kyste.

    Le robot peut également intervenir dans le cadre de lobectomie pulmonaire, technique permettant d’éliminer la zone malade tout en préservant le tissu pulmonaire mais aussi dans le cadre de segmentectomie pulmonaire, indiquée généralement dans le traitement curatif de certains cancers. Le robot intervient également dans la chirurgie du thymus (glande située en arrière du sternum).

    Cette prise en charge permet au patient de pouvoir bénéficier d’une chirurgie mini-invasive pratiquée dans des interventions plus complexes. Grâce à l’assistance robotisée, la chirurgie devient plus précise, le patient ressent moins de douleur.  Le robot offre une vision en 3D ce qui permet d’avoir une meilleure qualité d’image. Le robot, la caméra ainsi que les bras robotisés sont contrôlés par le chirurgien et ne présentent aucun risque.

    Une formation explicative des procédures a été proposée aux équipes chirurgicales pour acquérir la maîtrise du robot. De plus, une formatrice était présente sur place afin d’expliquer toutes les procédures concernant le matériel, le changement de pinces etc. Un simulateur est intégré au robot ce qui offre la possibilité de pouvoir s’entrainer en amont.

    Ce nouveau robot permet déjà une prise en charge dans plusieurs spécialités :

    -chirurgie urologique​
    -chirurgie digestive
    -chirurgie thoracique
    -chirurgie gynécologique
    -chirurgie pédiatrique

    La chirurgie avec assistance robotisée ouvre de multiples possibilités pour les équipes opératoires et pour l’amélioration des traitements chirurgicaux des patients​.

  • Risque lié à la prise de médicament chez la personne âgée

    Le dispositif IATROPREV s’ouvre aux personnes âgées vivant à domicile, via le repérage par leur médecin traitant et leur pharmacien d’officine

    Lancé en 2021, le programme IATROPREV est un dispositif porté dans les Hauts-de-France par le CHU Amiens-Picardie et le CHU de Lille. L’objectif de IATROPREV est l’optimisation médicamenteuse, pour réduire le risque lié à la prise de médicaments chez la personne âgée polymédiquée (risque iatrogénique). D’abord lancé auprès des patients suivis à l’hôpital, le dispositif est désormais ouvert en ville à toute personne de plus de 75 ans et prenant plus de 10 médicaments ; il est proposé par leur médecin traitant ou leur pharmacien.

    Soutenu par l’ARS Hauts-de-France et la CNAM, IATROPREV a été initié par les médecins et pharmaciens hospitaliers des CHU Amiens-Picardie et de Lille. Il bénéficie de la collaboration active des URPS Médecins libéraux et Pharmaciens des Hauts-de-France. Il a pour objectif d’optimiser les prescriptions des plus de 75 ans en cherchant à améliorer le lien ville-hôpital grâce à un partage d’informations et la mise en place de réunions de concertations pluri-professionnelles (RCP) entre les différents acteurs de soins de ville et hospitaliers.

    Depuis son lancement, près de 350 patients ont pu être inclus dans le dispositif dans le cadre d’une hospitalisation en service de gériatrie des CHU Amiens-Picardie et CHU de Lille. Fort de ces premiers résultats très encourageants – optimisation des traitements, diminution du risque iatrogénique et amélioration de la qualité des échanges interprofessionnels pour les médecins et les pharmaciens – le programme IATROPREV s’ouvre aujourd’hui aux personnes suivies en ville, repérées grâce aux médecins traitants et aux pharmaciens d’officine et inclues dans le programme en lien avec les gériatres et les pharmaciens hospitaliers.

    Depuis son lancement, les centres de Tourcoing, Roubaix, Armentières, Montdidier et Abbeville ont rejoint la démarche au sein de la région. Son modèle d’organisation innovant a également déjà inspiré d’autres territoires, comme la Normandie, avec le projet Optimédoc.

    PLUS D’INFOS

  • 30 ans d’évolution de la stimulation cérébrale profonde

    Une révolution dans le traitement de la maladie de Parkinson chez les moins de 75 ans

    La stimulation cérébrale profonde (SCP) a connu ces dix dernières années, une fulgurante évolution pour la prise en soins des mouvements anormaux, dont la maladie de Parkinson

    Les évolutions technologiques permettent une prise en soins beaucoup plus confortable pour le patient et les équipes chirurgicales : grâce à l’assistance robotisée, la chirurgie réalisée sur un patient entièrement endormi, est moins invasive, plus courte. Aujourd’hui, une chirurgie de moins de 4h suivie d’une hospitalisation de 5 jours en moyenne est observée au CHU Amiens-Picardie, contre une chirurgie de 10h et une hospitalisation de 15 à 21 jours il y a encore quelques années. La révolution dans le traitement consiste à faire évoluer une chirurgie efficace vers une intervention permettant l’amélioration du confort et de la qualité de vie du patient.

    Le parcours de soin avec un suivi dématérialisé dans les suites de la SCP, tel qu’il est pratiqué en chirurgie RAC (Récupération Améliorée après Chirurgie) vise le double objectif d’améliorer le suivi purement opératoire lié au site opératoire comme la surveillance des cicatrices, mais aussi d’être pro actif dans le suivi médical de la stimulation afin d’améliorer la vitesse de récupération et d’alléger la charge de soins pour le patient.

    La chirurgie, réalisée sous anesthésie générale et en une seule fois, consiste en l’implantation de deux électrodes dans le cerveau reliées sous la peau à un pacemaker situé sous la clavicule. Tel un pacemaker du cerveau, les électrodes vont délivrer une stimulation électrique permettant d’affaiblir les signes de la maladie que sont les tremblements, les raideurs, la lenteur invalidante, mais également d’améliorer les dyskinésies.

    Dorénavant, à l’aide d’un logiciel digitalisant un jumeau numérique du cerveau du patient, l’effet des stimulations 3D est testé en amont épargnant aux patients de longs tests moteurs éprouvants. L’amélioration du quotidien est excellente le plus souvent. En fonction de la cible chirurgicale, la prise de médicaments peut être divisée par deux en moyenne et le plus souvent. Les adaptations des médicaments et de la stimulation électrique délivrée se font au cours de consultations présentielles mais également à distance, guidées par l’équipe médicale.

    Chaque année, le service de Neurochirurgie du CHU Amiens-Picardie prend en soins 50 à 60 patients, faisant ainsi du CHU Amiens-Picardie un des leaders européens.

    PLUS D’INFOS
    Consulter la page du Centre Expert Parkinson – CEP
    Consulter la page de la Neurochirurgie

  • Première intervention chirurgicale robotisée en Urologie

    Le 20 juin 2023 a eu lieu la première intervention chirurgicale robotisée au sein du service d’Urologie du CHU Amiens-Picardie.

    Pour la première fois au CHU Amiens-Picardie, Docteur De Sousa, chef de service d’urologie ainsi que les équipes d’urologie et des blocs opératoires ont utilisé le robot dans le cadre d’une néphrectomie et d’une prostatectomie. La néphrectomie est une intervention chirurgicale qui consiste à retirer une partie ou la totalité d’un rein dans le cadre de la prise en charge du cancer du rein. La prostatectomie quant à elle est l’intervention chirurgicale pratiquée pour le traitement du cancer de la prostate. Elle consiste à retirer complètement la prostate.

    La chirurgie sous assistance robotisée en Urologie intervient principalement dans la prise en charge des cancers du rein et de la prostate. Prochainement, ce robot interviendra également dans le traitement des cancers de la vessie.

    Cette prise en charge permet au patient de pouvoir bénéficier d’une chirurgie mini-invasive dans 80% des cas pour la prise en charge des cancers du rein contrairement à la cœlioscopie qui ne permet de faire que 20% de chirurgie partielle du rein.

    Le robot offre une vision en 3D ce qui permet une meilleure préservation des organes et une dissection plus fine de la tumeur notamment dans la pris en charge des cancers de la prostate. De plus, le risque infectieux est beaucoup plus faible.

    Grâce à l’assistance robotisée, la chirurgie devient plus précise, le patient ressent moins de douleur, la durée de l’intervention ainsi que la durée de l’hospitalisation sont beaucoup plus courtes. Le robot est contrôlé par le chirurgien et ne présente aucun risque.

    Cette approche est similaire à la télé chirurgie qui combine à la fois la robotique à l’expertise du chirurgien.

    Une formation explicative des procédures a été proposée aux équipes chirurgicales pour acquérir la maîtrise du robot. En outre, des chirurgiens experts sont intervenus afin d’expliquer toutes les procédures ainsi que la mise en route du robot. Cette formation est accessible à toute l’équipe chirurgicale impliquée dans le projet. Cela vise à convertir le maximum de chirurgies à cette approche technologique.

    Ce nouveau robot permet déjà une prise en charge dans plusieurs spécialités :
    – chirurgie urologique​
    – chirurgie digestive
    – chirurgie thoracique
    – chirurgie gynécologique
    – chirurgie pédiatrique.

    La chirurgie avec assistance robotisée ouvre de multiples possibilités pour les équipes opératoires et pour l’amélioration des traitements chirurgicaux des patients​.

  • Le DISSPO du CHU Amiens Picardie a 10 ans

    Depuis le 15 juin 2013, le Département Interdisciplinaire de Soins de Support pour les Patients en Oncologie (DISSPO) accompagne les patients suivis pour un cancer au CHU Amiens-Picardie. Les soins de support en oncologie (cancérologie) correspondent à l’ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades parallèlement aux traitements spécifiques, tout au long de la maladie.

    Le DISSPO permet aux patients de mieux vivre leur cancer au quotidien, il accompagne :
    La souffrance psychique avec les infirmières d’annonce, les psychologues, le groupe de parole et la sophrologie,
    le confort du corps avec la consultation douleur,
    les problèmes nutritionnels et/ou troubles digestifs avec les diététiciennes,
    les difficultés sociales avec les assistantes sociales, les médecins de pathologies professionnelles et de maintien dans l’emploi,
    le retour à domicile, s’il est compliqué avec la coordination tout au long de la maladie,
    la qualité de vie et de la fatigue avec l’activité physique adaptée, la socio-esthétique, l’art-thérapie, le yoga, et la danse thérapie.

    Le DISSPO intervient en lien avec l’ensemble des services du CHU Amiens-Picardie au bénéfice des patients pris en charge dans le parcours de soins en cancérologie.

    Depuis janvier 2023, le DISSPO a intégré ses nouveaux locaux situés au rez-de-chaussée du Hall 3 – Fontenoy du CHU Amiens-Picardie à proximité des consultations d’oncologie et d’hématologie, ainsi que de l’hôpital de jour.

    Plus spacieux, ces locaux proposent notamment une salle d’activité physique adaptée de 60 m2, dotée de nouveaux équipements sportifs et d’un vestiaire. Un planning d’activités physiques hebdomadaires est proposé aux patients. C’est aussi dans cette salle que les séances de yoga et de sophrologie sont dispensées.

    Le service dispose également d’un bureau polyvalent (pour les consultations et l’art-thérapie) et d’espaces confortables et spécialement aménagés pour la socio-esthétique, les consultations avec les psychologues… Un petit salon a été aménagé pour les consultations infirmières pour rencontrer les patients suite à l’annonce de la maladie, ou pour évoquer les problèmes de santé sexuelle etc.

    DES QUESTIONS ?
    CHU Amiens-Picardie – DISSPO
    (Département Interdisciplinaire de Soins de Support pour le Patient en Oncologie)
    Site Sud – Bâtiment Hall 3 – Fontenoy
    03 22 45 64 43
    [email protected]

    PLUS D’INFOS
    Consultez la page : Mon cancer au quotidien : soins de confort et accompagnement personnalisé

  • Journée nationale de la réflexion sur le don d’organes et de la greffe

    Au CHU Amiens-Picardie, plusieurs greffes sont possibles : les reins, la cornée ou encore la moelle osseuse. Tous les dons sont réalisés au CHU Amiens-Picardie. Mais tout cela ne serait réalisable sans le travail de l’équipe de coordination des prélèvements d’organes et de tissus. L’équipe se compose de 5 infirmières de coordination, dont une qui travaille à mi-temps pour l’agence de biomédecine, d’une secrétaire à mi-temps, et d’un médecin également à mi-temps.

    La coordination des prélèvements d’organes et de tissus a pour mission d’organiser et de coordonner les dons d’organes et de tissus. Cette équipe pluridisciplinaire est là pour assurer le lien entre les différents acteurs de la chaine du don. Elle est garante du respect des procédures et des règles de bonnes pratiques légales, éthiques et techniques. L’équipe recherche l’absence d’opposition du défunt auprès des proches et du registre national des refus. Puis, elle organise la prise en charge du donneur et accompagne les proches tout au long du processus de don. L’équipe forme et informe également le grand public et les professionnels de santé sur le don d’organes et de tissus.


    L’équipe fonctionne en lien avec d’autres services, à la fois en interne avec les laboratoires, la réanimation, les blocs opératoires, la radiologie, la chambre mortuaire, les urgences, les transports, la médecine légale et la direction pour la validation des procédures, et en externe avec l’aéroport de Méaulte, la gendarmerie pour les escortes et 360 Degrés Services en charge du transport des greffons et des équipes chirurgicales. Tous sont acteurs de la chaine entre le don et la greffe.  

    Afin d’offrir un message d’espoir à toutes les personnes en attente de greffes, en cette journée nationale de réflexion sur le don d’organes et de la greffe, un nouveau lieu de mémoire prend place dans le Hall 3 du CHU Amiens-Picardie. L’arbre de vie a été réalisée par l’artiste Roxanne CARLU, cette œuvre s’adresse aux familles des donneurs, aux greffés et à tous ceux qui souhaitent se recueillir.

    Grâce au don d’organes, la vie reprend. En 2022 la greffe a sauvé 5314 personnes, rappelez à vos proches que vous êtes donneurs. Il n’y a pas besoin de carte, il suffit simplement d’en parler. Tous donneurs, tous receveurs. Si vous êtes contre, vous pouvez vous inscrire sur le registre national des refus ou en faire part à vos proches.

    En 2022 :

    –        43 patients prélevés pour des dons d’organes et de tissus
    –        70 greffes de rein
    –        34 greffes de cornée
    –        52 allogreffes de moelle osseuse
    –        35 autogreffes de moelle osseuse
    –        30 Injections de cellules mononuclées
    –        16 injections de CART cells

  • Programme d’éducation thérapeutique PAPA MAMA

    À l’occasion du Village des aidants, le service de médecine gériatrique a présenté le programme d’« éducation thérapeutique » destiné aux aidants et aux personnes âgées atteintes de Maladie d’Alzheimer ou autre maladie apparentée (PAPA-MAMA) 

    PAPA – MAMA est un programme d’« éducation théra­peutique » destiné aux aidants et aux personnes âgées atteintes de Maladie d’Alzheimer ou autre maladie apparentée dans le but d’améliorer la qualité de vie de l’aidant et de son proche afin d’aider le maintien à domicile de ce dernier.

    Un entretien individuel est organisé afin de fixer des objectifs personnalisés avec l’aide d’un professionnel de santé.

    À la suite de cet entretien et selon les besoins identifiés, l’aidant à la possibilité de participer à l’un des 8 ateliers proposés par les professionnels du service de Médecine Gériatrique.

    Deux types d’ateliers sont organisés, des ateliers dédiés ou couplés.

    Parmi les ateliers dédiés, le premier atelier permet à l’aidant d’appréhender la maladie et les syndromes apparentés et se situer en tant qu’aidant. L’aidant est également informé sur la stimulation cognitive afin de maintenir les capacités préservées.

    Afin de valoriser son proche et prévenir les troubles du comportement, un atelier sur la communication est proposé pour permettre à l’aidant de maîtriser des compétences communicationnelles spécifiques.

    La prévention du stress est aussi abordée à travers un atelier afin de gérer son stress et accepter les pensées automatiques dysfonctionnelles. En parallèle, une activité physique est proposée comme anxiolytique.

    Un atelier est également organisé afin d’aider les aidants et les orienter pour effectuer les démarches sociales et les préparer à anticiper l’entrée en institution. Dans le but de maintenir les capacités créatrices, les aidants ont également la possibilité de participer à des activités manuelles.

    Concernant les ateliers couplés, ceux-ci portent sur trois thématiques. Le premier, consiste à optimiser les échanges et les interactions en repérant les capacités préservées et maîtriser des compétences communicationnelles spécifiques.

    Les professionnels de santé proposent également des techniques de bien-être afin d’obtenir un moment de détente et de relâchement des tensions physiques ou psychologiques.

    La vigilance sur l’alimentation, la nutrition, le sommeil et l’activité physique est également évoquée dont l’objectif est de maintenir un bon état de santé pour soi et la personne aidée par une attention à l’alimentation et la nutrition, le sommeil et l’activité physique.

    Afin de réduire les risques, un atelier est organisé pour que l’aidant puisse connaître les aménagements possibles du domi­cile.

    DES QUESTIONS ?
    Contactez le servie de Médecine Gériatrique
    Tel : 03 22 82 43 11


  • Journée mondiale de la sclérose en plaques

    En ce 30 mai 2023, journée mondiale de la Sclérose En Plaques (SEP), le CHU Amiens-Picardie rappelle que cette maladie est une maladie neurologique inflammatoire touchant de façon préférentielle l’adulte jeune, davantage les femmes. Environ 100 000 patients sont touchés par cette maladie en France.

    Le Centre de Ressources et Compétences de la Sclérose En Plaques (CRC SEP) du CHU Amiens-Picardie fournit une prise en charge complète de cette maladie. En effet, plus de 1300 patients souffrant de sclérose en plaques (SEP) ont sollicité une prise en charge partielle ou totale de leur pathologie. Le service de neurologie du CHU Amiens-Picardie assure plusieurs missions : diagnostic, traitement de fond, traitement des symptômes, traitement des poussées, inclusion dans des protocoles de recherche clinique thérapeutique, suivi et planification de la rééducation. Dans le cadre de ses missions de diagnostic et de suivi, le CHU propose, via son plateau technique de Neuroradiologie, la possibilité de faire bénéficier les patients SEP des IRM cérébrales et Médullaires.

    Au sein du service de Neurologie, le CRC SEP prescrit aux patients toutes les thérapeutiques spécifiques et innovantes de la SEP et des autres maladies inflammatoires neurologiques, prescrites et administrées par une équipe bien au point des progrès thérapeutiques actuels. L’équipe formée à la prise en charge de la SEP est au service des patients touchés par cette pathologie. L’équipe est composée de neurologues, neuroradiologues, pharmaciens, infirmiers et internes de neurologies, et des attachés de recherche clinique.

    Les patients atteints par cette maladie peuvent être pris en charge, en fonction de leurs états et de leurs symptômes, dans plusieurs secteurs (consultations, hospitalisation conventionnelle complète, Hôpital de Jour de Neurologie (HDJ), unité de Recherche sur la SEP, secteur de rééducation. La prise en charge des patients au CHU Amiens-Picardie se fait en collaboration avec les médecins généralistes traitants des patients ainsi qu’avec les neurologues libéraux en ville.

    Les patients ont la possibilité de participer à des protocoles de recherche clinique thérapeutique. Les dossiers les plus complexes sont discutés dans des réunions de Réunions de Concertations Pluridisciplinaires (RCP) réunissant des neurologues, des neuroradiologues, des pharmaciens et des attachés de recherche clinique, afin de fournir un avis collégial et concerté, adapté au cas particulier de chaque patient.

    En parallèle, une collaboration étroite est active avec le PARC SeP Hauts de France (Plateforme d’Accompagnement, de Ressources et de Coordination pour la Sclérose en plaques et la maladie de Parkinson) afin de faire bénéficier les patients de l’expérience d’un réseau infirmier expérimenté et formé pour intervenir auprès des patients à leurs domiciles dans des missions d’aide et d’éducation. Le CRC SEP dispense, auprès des neurologues libéraux et des Centres Hospitaliers dans la Picardie, des actions d’information et de formation, afin de diffuser les progrès actuels de la prise en charge de la SEP dans la région.

    PLUS D’INFOS